Il s'agit cette fois de trois autres groupes qui ont écrit des histoires policières :

La rue des enfants

Il était une fois, une fille qui s'appelait Amanda, elle se baladait dans la rue quand tout à coup un chat surgit d'une poubelle en miaulant très fort ! La petite fille sursauta, elle venait du magasin de jouets pour enfants. Elle dit :

- Qui est là ?

Il y a eu un meurtre ! 

- Appelez la police ! 

Fin.

 

Le cambriolage

Chapitre 1

Il était une fois, une bande de jeunes qui cherchaient toujours les ennuis. Un jour, ils ont semé la pagaille dans une pâtisserie. Ils se sont cagoulés et ils ont volé des sous et quelques pâtisseries. Le pâtissier s'était enfui, il se réfugia dans une ruelle. Il appela la police et leur dit :

- Cinq voleurs ont cambriolé ma boutique.

La police lui répondit :

- Qu'ont-ils volé ?

- Je ne sais pas, je suis parti avant.

- Donnez-moi votre adresse.

- 146 rue de la Garenne 35150 Moscou.

- Merci, on arrive.

Chapitre 2

Quand la police est arrivée, les voleurs se sont enfuis avant qu'ils arrivent. Les voitures de police se sont répandues dans toute la ville, des hélicoptères survolent la ville à la recherche de cinq individus. L'annonce est passé à la télé, tout le monde s'est affolé. Quelques gens criaient :

- J'espère qu'ils ne vont rien nous voler !

D'autres :

- On ferme à double tour ?

- Oui !

- OK !

Les policiers ont cherché dans toute la ville et ils ont trouvé des indices. Pendant que la police essaient de chercher des traces et des indices, les cinq individus ont cambriolé la banque de France. Ils ont volé 500 000 000 euros. Ils se sont retrouvés nez à nez avec la police. Ils avaient caché l'argent dans la forêt, près de la mare aux canards. L'argent a été retrouvé une semaine plus tard, dans la forêt. Ils ont découvert que les cinq individus étaient des jeunes qui s'appelaient Léa, Léo, Karel, Johan et Florian. Ils ont été mis en prison avec deux ans de sursis.

Fin.

 

Une enquête à l'envers

À New York, un drame s'est produit, quelqu'un a enlevé la fille du milliardaire Julien Bouvier. Le commissaire est sur l'enquête.

Sur le lieu du crime, le commissaire a trouvé un mouchoir, il part vite au laboratoire pour identifier le mouchoir.

Il est 18 heure, Julien Bouvier reçoit un coup de fil, le kidnappeur lui dit :

- J'ai votre fille, amenez 100 000 000 euros dans deux semaines à l'église Saint-Jean si vous la voulez.

- AH AH !!!! Papa !

Le commissaire a une bonne nouvelle :

- Nous avons identifié le kidnappeur, il s'appelle...

Le lendemain, le commissaire et le milliardaire vont chez le prétendu kidnappeur, il n'y a personne !

Où est-il ? Que fait-il ? Des questions se posent !

Le matin suivant, ils reviennent chez le kidnappeur, toujours personne. Ils entrent, il est mort attaché sur une chaise.

Nous savons maintenant que ce n'était pas lui.

Nous réécoutons l'appel du kidnappeur et là au ralenti nous entendons : " cot cot ", nous l'avons écouté une centaine de fois.

Le scientifique appelle, il a trouvé une trace de doigt sur le mouchoir.

- Quelle joie ! dit le commissaire qui appela tout de suite le milliardaire :

- Je suis fou de joie ! crie Julien Bouvier

- Nous le cherchons dans les registres des prisonniers, nous le trouvons, il a déjà kidnappé quelqu'un auparavant, dit le commissaire.

Nous allons rendre visite aux parents du kidnappeur, on demande s'ils ont une ferme, ils répondent :

- Oui !

Elle appartient à la tante du père, et se trouve à Villeromain à 15 km de là...

Demain nous irons donc rendre visite à la tante du père mais maintenant, il faut se préparer à attaquer.

Le lendemain, ils arrivent chez la tante, elle ouvre la porte en nous disant de partir, mais nous savons bien qu'il y a une personne derrière elle.

Nous entendons une poule hurler, nous courons vite dans la maison. Nous entrons et nous sommes entourés de jeunes costauds.

Nous les battons de justesse, nous avons la fille du milliardaire qui nous remercie.

Fin.